Search

Souveraineté numérique dans un monde virtuel sans frontières


Le concept de «souveraineté» engendre une notion d'indépendance, avec un pouvoir suprême et en quelque sorte illimité d'un État ou d'un gouvernement à l'intérieur de ses frontières. Il relaie l'idée de la liberté d'une entité de prendre des décisions pour son propre bénéfice. De même, la souveraineté numérique est la capacité ou le pouvoir - naturellement ou légalement - accordé à une entité de prendre des décisions avantageuses concernant ses actifs numériques. Selon Techopedia, «la souveraineté numérique est une idée clé à l'ère d'Internet - l'idée que les parties doivent avoir la souveraineté sur leurs propres données numériques». Elle peut être appliquée aux nations ou individuellement - fondamentalement, la souveraineté numérique implique la prise en compte de la manière dont les données et les actifs numériques sont traités.


Dans son exposé sur la souveraineté numérique pour l'Europe, l'Union européenne (UE) a exprimé une inquiétude croissante quant au fait que ses États membres, ses entreprises et ses citoyens perdent lentement le contrôle de leurs données, de leur dextérité pour l'innovation et de leur capacité à façonner et appliquer la législation dans l'environnement numérique. Cette législation devrait aborder les questions liées à la cybersécurité et à la protection des données personnelles, des droits d'auteur, des médias audiovisuels, des télécommunications, des plates-formes en ligne, du commerce électronique, des mégadonnées, ainsi que du gouvernement électronique et de la normalisation. Depuis le 1er juillet 2020, la présidence du Conseil de l'UE est dirigée par l'Allemagne, qui partage la conviction que l'Europe dans son ensemble doit atteindre la souveraineté numérique pour être autonome et capable de gérer des problèmes mondiaux tels que le terrorisme, la traite des êtres humains ou les pandémies. De plus, les Allemands plaident pour que les citoyens et les entités européens contrôlent leurs données. Cependant, étant donné que la souveraineté numérique devrait s'appliquer à un large éventail de secteurs touchés par la numérisation, comment garantir un traitement sûr et sécurisé des informations dans un monde virtuel sans frontières?


S'adressant à The Economist dans une interview en novembre dernier, le président français - Emmanuel Macron, s'est dit préoccupé par la dépendance européenne vis-à-vis des plateformes technologiques américaines. Briefing: America's war on Huawei near its end game.

Les données devenant progressivement une question de géoéconomie et de géopolitique, les gouvernements se battent pour contrôler cet écosystème de données complexe. Permettre son potentiel croissant tout en gérant ses risques est également devenu un enjeu économique qui concerne également la sécurité nationale et la politique selon Elisabetha Zaccaria - Fondatrice et Présidente de Secure Chorus. En Europe, la controverse actuelle sur la concurrence des télécommunications 5G aux États-Unis et en Chine ne peut être complètement séparée des considérations juridiques et des sentiments politiques. La recherche d'une plus grande indépendance technologique et les aspirations de l'UE à la souveraineté numérique reflètent le sentiment sous-jacent d'être pris dans une «guerre froide» numérique entre les États-Unis et la Chine. S'adressant à The Economist dans une interview en novembre dernier, le président français - Emmanuel Macron, s'est dit préoccupé par la dépendance européenne vis-à-vis des plateformes technologiques américaines. Il a qualifié le développement de la 5g de «question souveraine» et a poursuivi en soulignant que «certains éléments [du réseau 5g] doivent être uniquement européens». Cela en soi n'a pas écarté le rôle potentiel de Huawei, mais plusieurs développements par la suite semblent avoir poussé le continent plus loin dans cette direction. Briefing: America's war on Huawei near its end game.


Au niveau individuel, il est également important de déterminer où se situent exactement les droits et les responsabilités en ce qui concerne les données personnelles. La souveraineté numérique des utilisateurs reflète une volonté de reprendre le contrôle des informations personnelles qui ont été cédées aveuglément aux entreprises. En acceptant les conditions générales des entreprises, sans lire attentivement les contrats, la majorité des gens ont renoncé à leur pouvoir sur leurs données personnelles. Bien que les entreprises soient légalement autorisées à utiliser les informations personnelles des utilisateurs après la signature d'accords, elles sont moralement responsables d'utiliser ces données acquises de la manière la plus éthique possible.


D'une part, le monde virtuel pourrait fournir des informations vitales pour la lutte contre la cybercriminalité et les cyber-guerres existantes entre les nations. D'autre part, il est nécessaire de protéger les droits des utilisateurs à la vie privée et à la souveraineté numérique sur les données personnelles. Les deux extrémités de l'argument revêtant une importance similaire, le juste équilibre pour un environnement numérique plus sûr mais plus innovant reste à trouver.











12 views
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Instagram

Subscribe to Atomination Updates!